Blogue de la mod: Longue vie aux lots — Pourquoi la modernisation du TAF est la voie à suivre pour le Canada

Le programme de modernisation des paiements du Canada progresse bien et, comme il est mentionné dans notre Carte routière et le plan de haut niveau, les améliorations apportées au transfert automatisé de fonds (TAF), ou paiements par lots, en sera la première réalisation.  Nous sommes impatients de voir ces importants travaux porter leurs fruits pour le Canada.  Toutefois, avec une nouvelle infrastructure constituant une composante aussi importante de nos plans futurs, on me demande souvent pourquoi nous prenons la peine d’améliorer « l’ancien » système de TAF.  Cela me suggère que le TAF, que j’appelle le cheval de trait de notre système de paiement, a gagné une place au soleil.

Notre aventure de modernisation a commencé avec un exercice de visualisation, composé d’une série d’ateliers et d’entrevues avec des intervenants du secteur de partout au pays. Dans le cadre de cette consultation, nous avons reçu le message clair que le TAF, qui traite environ 1,5 million de paiements chaque année au Canada et qui représente la valeur de paiements la plus élevée de notre système au détail, constitue une composante fiable et nécessaire de l’ensemble de l’écosystème des paiements. C’est un élément que tant les institutions financières que les sociétés canadiennes souhaitaient conserver.

Notre recherche à l’échelle internationale a validé ce point de vue. Parmi les nombreux pays dont les initiatives de modernisation des paiements ont précédé celle du Canada, la plupart ont conservé leur système de paiements par lots, même après l’introduction d’une capacité de paiements plus rapide ou en temps réel. C’est parce que ce ne sont pas tous les paiements qui nécessitent d’être faits en temps réel, et qui requièrent donc l’investissement connexe. Les paiements par lots demeurent l’option la plus pratique et efficiente pour les institutions financières et leurs clients d’affaires pour des transactions importantes et prévisibles comme la rémunération, le paiement de factures et les paiements entre entreprises. Cela permet de rehausser l’efficience au moyen de la capacité à automatiser les charges de travail et de planifier les activités.

Peter Thom, Directeur – Opérations de trésorerie et trésorier adjoint chez Bell Canada est d’accord : « La carte routière de la modernisation fait appel à deux solutions différentes pour faciliter les transferts plus rapides de fonds et nous en sommes heureux. Un nouveau système de paiements avec des livraisons de fonds plus rapides qu’aujourd’hui, ainsi qu’avec des améliorations bientôt apportées à la solution de TAF actuelle, nous aidera à gérer les interactions entre clients et fournisseurs de manière plus efficiente.  Je suis également heureux de voir que la norme ISO 20022 sera requise pour les deux solutions, puisque le fait de voir les données au sujet du paiement dans le même message que celui du paiement réel simplifiera nos processus de rapprochement internes. »

Selon M. Thom, alors que la plupart des personnes interviewées au cours de l’exercice de visualisation étaient d’accord pour dire que la conservation des lots était importante pour l’avenir des paiements canadiens, il y a également eu consensus quant au fait que quelques améliorations pourraient les rendre plus rapides et flexibles et apporter une plus grande valeur sur le marché. Paie le même jour, paiement de factures accéléré, règlement plus rapide des factures, l’abandon progressif du papier et des chèques, et service plus uniforme entre les fuseaux horaires du pays ne sont que quelques-unes des façons dont un TAF amélioré pourrait soutenir les progrès en matière de paiements. Au cours des derniers mois, Paiements Canada a collaboré avec un groupe de représentants d’institutions financières et d’intervenants pour définir les changements techniques et en matière de règles nécessaires à la réalisation de ces avantages.  Il en a été conclu que cela pourrait être réalisé au moyen d’échanges intraquotidiens additionnels (au moins pour mieux servir les six fuseaux horaires du Canada), de la disponibilité plus rapide de fonds au moyen d’exigences normalisées par suite de l’échange, et de la mise en œuvre de la norme ISO 20022 sur les messages.

Pourquoi les améliorations au TAF constituent-elles une priorité compte tenu du programme ambitieux de modernisation qui nous attend? Il s’agit d’améliorations simples et réalisables que nous pouvons apporter au flux des paiements de TAF qui permettront au Canada de maintenir le rythme par rapport aux pays partout dans le monde, de soutenir les besoins en évolution de notre banque centrale, d’aider nos entreprises à concurrencer à l’échelle internationale et d’offrir un plus grand choix sur le marché. Elles feront la promotion des paiements électroniques au Canada et permettront aux entreprises et aux consommateurs de réduire ou possiblement éliminer leur dépendance envers les méthodes de paiements existantes fondées sur le papier.  Non seulement les améliorations au TAF soutiennent nos institutions financières, mais elles profiteront également à notre économie. C’est tout simplement la bonne chose à faire pour le Canada.

Alors que les groupes de travail sur le TAF finalisent leurs analyses et la définition des exigences en matière d’amélioration aux paiements par lots, nous commencerons à communiquer ces changements à plus large échelle au sein du réseau des membres et des intervenants de Paiements Canada à compter du mois prochain. J’encourage tous les intervenants — institutions financières, entreprises et autres utilisateurs du système de paiements — à examiner ces importants changements et à envisager la façon dont ils seront avantageux pour leur organisation, leurs clients et le pays.

Merci de nous avoir lus, et longue vie aux lots « améliorés »!

L'auteur

 
Jan Pilbauer
Directeur général, Modernisation, et DPI

Jan Pilbauer est directeur général, Modernisation, et DPI de Paiements Canada. À ce titre, il dirige la modernisation de l’infrastructure canadienne de base des systèmes de compensation et de règlement des paiements, dont la mise en oeuvre de la norme ISO 20022. Il définit aussi l’orientation stratégique de la technologie de l’information à Paiements Canada.