En perspective : Modernisation des paiements en Afrique du Sud

Publier: 27 novembre, 2018 

Paiements Canada a récemment rencontré Letitia Mentz, directrice du développement des capacités du secteur et des communications pour la Payments Association of South Africa (PASA), afin de connaître son avis sur les initiatives de modernisation des systèmes de paiement de son pays et du Canada.

Parlez-nous de la modernisation des systèmes de paiement en Afrique du Sud.

Nous avons entrepris la modernisation de nos systèmes en jetant un œil aux travaux d’autres pays ainsi qu’aux facteurs socioéconomiques propres à notre région. L’Afrique du Sud, comme bien d’autres pays, connaît ses propres difficultés.

Nos efforts sont guidés par notre besoin de concevoir un système de paiement modernisé qui arrivera à suivre l’évolution technologique et à répondre aux besoins des portions desservies et sous-desservies de notre économie ainsi qu’à ceux des consommateurs, qu’ils fassent affaire ou non avec une banque. Nous cherchons également mettre sur pied un nouveau système réglementé accessible aux technologies financières.

Dès le départ, notre aventure a pris la forme d’un processus de consultation auprès de nos partenaires sectoriels. La prochaine étape est d’établir, ensemble, notre feuille de route de la modernisation, soit les mesures à prendre et leur échéancier.

Quel est le rôle de la PASA dans l’écosystème sud-africain? Qui sont ses principaux partenaires sectoriels?

Nous collaborons étroitement avec la Banque de réserve sud-africaine. Les règles régissant notre système de paiement sont définies par nos membres, dans le cadre des structures de la PASA. La PASA forme aussi un comité indépendant visant à faire observer les règles, en veillant à ce que les membres à s’y conforment et s’acquittent de leurs responsabilités.

La majorité de nos initiatives gravitent autour de nos membres, bien que nous travaillions également avec des associations non bancaires, telles que des associations des secteurs de l’assurance et de la microfinance. Ces parties prenantes, et d’autres, apportent une expérience et un point de vue très différents de ceux des banques à l’égard des paiements; elles nous fournissent des renseignements précieux, qui nous donnent une meilleure vue d’ensemble des besoins en matière de paiements.

Parallèlement à notre collaboration avec des partenaires sectoriels, nous nous intéressons à l’incidence de la modernisation des systèmes de paiement sur les gens, qu’il s’agisse du personnel des institutions financières membres de la PASA ou de sociétés. Plus particulièrement, nous analysons leurs réactions potentielles et nous prévoyons comment les faire participer et les soutenir avec succès dans notre aventure.

Quelles nouvelles mesures la PASA prend-elle pour accélérer le processus de modernisation des systèmes de paiement?

Nous offrons des programmes de formation de base aux institutions financières et aux sociétés pour les aider à mieux comprendre les systèmes de paiement sud-africains et à se positionner dans le vaste écosystème des systèmes de paiement.

Nous sommes également en voie d’instaurer un institut de formation, à l’échelle du pays, en vue d’officialiser les systèmes de paiement comme domaine professionnel. Il s’agit d’une initiative stimulante pour nous, puisqu’elle fera connaître les systèmes de paiement non seulement aux formateurs, mais aussi aux dirigeants des institutions financières et des sociétés.

Mais d’abord et avant tout, nous menons des campagnes d’information auprès des consommateurs; pour les renseigner sur les avantages des cartes de débit et de crédit et d’autres produits semblables, et ce, par l’entremise des banques membres de la PASA et des médias sociaux et traditionnels.

Quels aspects de la modernisation des paiements en Afrique du Sud vous rendent le plus fébrile, et pourquoi?

Je suis emballée par les solutions judicieuses que notre nouveau système de paiement rendra accessibles aux consommateurs sud-africains. Ces solutions répondront à leurs besoins en matière de paiements et favoriseront davantage l’inclusion financière.

Ce qui est le plus palpitant, toutefois, c’est que notre génération a la chance de mener une entreprise d’envergure, soit de façonner l’avenir de notre pays grâce aux systèmes de paiement, qui constituent un élément essentiel au dynamisme de l’économie.


À propos de la Payments Association of South Africa

Fondée en septembre 1996, la Payments Association of South Africa (PASA) ne fut reconnue qu’en juin 1999 comme organisme de gestion de systèmes de paiement par la Banque de réserve sud-africaine, en vertu des dispositions de la National Payment System Act. Bien que son mandat ait été établi en fonction de cette loi, la PASA est un organisme d’autoréglementation dont la structure de gouvernance est régie par son conseil, soit l’organe de direction principal de la PASA. Celui-ci représente les parties prenantes du système de paiement national de l’Afrique du Sud. Ainsi, la PASA a pour mandat d’établir des règlements, des critères et des structures de gouvernance nécessaires à l’exercice de ses fonctions. En s’appuyant sur un solide fondement juridique, la PASA gère les activités de paiement spécifiques de ses membres par des modèles juridiques tels que des accords avec les chambres de compensation, des règles de compensation pour ces chambres et des contrats de niveau de service. Parmi les autres outils juridiques importants de la PASA, il y a aussi son acte constitutif (l’assise de sa saine gouvernance), ses politiques et ses déclarations de principes.