Faire naître un dialogue porteur de changement: Coup de projecteur sur la fondatrice de PYMNTS.com, Karen Webster

Publié : le 27 mars 2019

À l’approche du plus grand congrès canadien sur les paiements, nous avions hâte de rencontrer Karen Webster, qui compte parmi les conférenciers d’honneur.

À titre de présidente et chef de la direction du cabinet Market Platform Dynamics, Karen collabore étroitement avec les acteurs les plus innovants des secteurs des paiements, des services financiers, des appareils mobiles, du commerce interentreprises et des médias et technologies numériques pour repérer, favoriser et monétiser les occasions d’innovation. Elle siège également aux conseils d’administration d’entreprises en démarrage et est elle-même entrepreneure. Elle a ainsi mis sur pied plusieurs entreprises prometteuses, dont PYMNTS.com

Nous avons hâte d’assister à votre présentation au SOMMET! Pouvez-vous nous donner un avant-goût de son contenu?

Le sujet que j’aimerais mettre au cœur des échanges, c’est l’évolution du rôle des institutions financières et des entreprises de technologie financière en réponse aux nouvelles attentes des consommateurs. À mesure que ces attentes émergent dans le monde du numérique et se complexifient, elles s’entrecroisent de manière intéressante. Cela pousse les institutions financières à réaliser de nouveaux investissements dans les infrastructures pour faire naître plus d’occasions, accélérer les paiements et améliorer le service afin qu’il soit à la hauteur de ces exigences. Les entreprises de technologie financière s’organisent pour amener ce changement et remettre en cause le rôle actuel des institutions financières.

Les acteurs de l’écosystème des paiements et des services financiers doivent trouver leur place parmi ces rôles en redéfinition. Voilà des sujets intéressants qu’il faut aborder de manière directe et réaliste afin de rester en phase avec la nouvelle nature des services bancaires pour les consommateurs.

Ça a l’air passionnant. Quel éclairage donnerez-vous à cette discussion?

Je parlerai des efforts que nous menons, ici aux États-Unis, pour aider tout le monde à mieux comprendre le point de vue du consommateur. Je me placerai aussi du côté des institutions financières, en évoquant leur préparation et leur capacité à satisfaire les besoins des consommateurs, alors que les entreprises de technologie financière prennent de plus en plus d’ampleur et d’influence et gagnent la confiance des consommateurs.

Sur la question du changement, comment l’écosystème peut-il embarquer dans la dynamique du progrès?

Il est toujours facile de dire qu’un écosystème manque de telle ou telle chose, ou au contraire, pèche par excès d’une autre. La solution au problème repose en partie sur l’instauration d’un cadre nous permettant d’évaluer nos options. Le rythme du changement dans le secteur des paiements est si rapide qu’on tend à réagir en temps réel au volume d’actualités. La tendance, c’est de se dire : « Wow, je suis en retard, je suis en avance ou j’ai peut-être loupé quelque chose. »

Je pense qu’il nous serait très utile de comprendre le fonctionnement de notre écosystème, les performances des marchés et les conditions qui entraînent le succès ou l’échec des plateformes. Mon intervention au SOMMET portera notamment sur ces questions. En tant qu’écosystème, nous devons favoriser l’adoption de cadres et les utiliser pour évaluer la pertinence de nos actions. Autrement, nous ne cesserons de courir après la prochaine occasion en or, en oubliant de lui donner un intérêt concret pour notre organisation.

Notre écosystème doit indéniablement se pencher sur ces sujets centraux. Selon vous, dans quelle mesure le fait de se rassembler lors du SOMMET pourra-t-il stimuler ces échanges?

Quand les acteurs ayant un intérêt dans l’efficacité des services financiers de l’écosystème des paiements se parleront avec honnêteté, tout le secteur progressera. Le SOMMET est le lieu idéal pour aborder ces sujets essentiels.

C’est aussi l’occasion de prendre part à des discussions parallèles, lors des pauses café, des dîners et des soupers. C’est à ces moments qu’ont lieu certaines des conversations les plus déterminantes pour le changement. L’ensemble du programme du SOMMET et le dialogue que j’espère amorcer donnent matière à parler de cette transformation que nous appelons si ardemment de nos vœux. Je suis absolument enchantée de participer à un rassemblement d’une telle importance, de rencontrer les acteurs du milieu et de contribuer à un événement où je peux non seulement faire naître des discussions, mais aussi y intervenir.