Leçons apprises lors de la modernisation des systèmes de paiements de l’Australie

Brad Pragnell de Paiements Canada, un conseiller pour notre initiative de modernisation, a été intégré au projet en raison de son expertise, ayant participé au développement d’une nouvelle infrastructure de paiements rapides riches en données en Australie. Ce Canadien comptant 20 années d’expérience en politique en matière de services financiers en Australie a travaillé pour l’Australian Payments Clearing Association (APCA) pendant huit ans, où il a participé au développement d’un plan pour un nouveau système de paiements, qui devrait être fonctionnel d’ici la deuxième moitié de 2017.

Dans le cadre de ces questions et réponses, M. Pragnell partage sa vision personnelle de l’initiative de modernisation de l’Australie, les leçons apprises et la façon dont le contexte de paiements au Canada diffère. 

Quelles sont certaines des caractéristiques du nouveau système de paiements de l’Australie?

Ce système permettra des paiements presque en temps réel entre des personnes et des entreprises. Il intègre également la norme ISO 20022 et permettra donc le transfert de plus de données de versement entre les payeurs et les bénéficiaires, et a réellement été élaboré comme une plateforme de compétitivité et d’innovation. L’une des caractéristiques uniques du système australien est qu’on a évité de créer une solution descendante qui n’aurait permis que des paiements en temps réel entre personnes. Ce qui a été créé est plutôt une plateforme, ou un coffre à outils, à l’intention des institutions financières et autres afin de créer différents types de produits et de services de paiements qui peuvent profiter tant de la vitesse que de la richesse des données afin de répondre aux besoins futurs.

Quelles sont les leçons qui ont été apprises pendant le développement de la nouvelle plateforme de paiements de l’Australie?

Tout d’abord, il y a eu le rôle catalytique de l’autorité réglementaire. La banque centrale d’Australie, connue sous le nom de Reserve Bank of Australia, a joué un rôle important dans la détermination des objectifs de haut niveau de la politique. Elle souhaitait que la solution soit presque en temps réel et réponde à la norme ISO 20022, et qu’elle permette aux gens d’effectuer des paiements sans connaître les détails des comptes bancaires. De disposer de ces objectifs de très haut niveau pour ensuite les appliquer au secteur afin de trouver la façon de les atteindre était une situation idéale. Je crois que les organismes de réglementation excellent dans l’établissement des objectifs de la politique publique, mais que le secteur et les partenaires de l’industrie sont habituellement davantage en mesure de définir la façon de les atteindre. L’élément important de notre réflexion était que le nouveau système devait être une plateforme pour l’innovation et la compétitivité. Cela a fait en sorte que les institutions financières ont vu le nouveau système davantage comme une occasion commerciale que comme une obligation de conformité.

Quelles sont quelques-unes des différences entre les systèmes de paiements du Canada et de l’Australie?

Ces deux systèmes bancaires sont très similaires puisque vous avez une banque centrale relativement active et intéressée par les paiements, et que vous avez un petit nombre de grandes institutions financières qui traitent une tranche importante du volume et de la valeur. Une importante différence est que Paiements Canada joue un rôle beaucoup plus opérationnel dans le fonctionnement du système de compensation et de règlement de valeur élevée. En Australie, une grande partie de ces fonctions sont assumées par la banque centrale. Ce sont des juridictions très semblables, ce qui a permis aux deux pays d’apprendre l’un de l’autre.

De quelle manière est-ce que le Canada pourrait utiliser des solutions étrangères afin d’améliorer nos systèmes de paiements?

Les systèmes de paiements traversent une phase très dynamique à l’heure actuelle. Je crois que le Canada est chanceux de pouvoir apprendre d’autres juridictions. Un document de recherche de Paiements Canada, Une analyse qualitative des systèmes de compensation et de règlement autour du monde, révèle une tendance mondiale vers des améliorations d’infrastructure qui favorisent des paiements plus rapides. Ce document révèle également, ce que j’ai trouvé très bien, que vous voulez tenir compte de ces développements, mais que vous ne souhaitez pas nécessairement adopter une approche systématique par rapport à ce qui a été fait dans d’autres juridictions. Lorsque l’Australie a entamé ses travaux à l’égard de sa nouvelle plateforme de paiements, certaines personnes ont suggéré d’adopter exactement la même approche que celle utilisée dans d’autres juridictions. Cela aurait été une erreur. Nous nous sommes plutôt penchés sur le contexte australien, et nous avons développé une approche à plusieurs niveaux pour concevoir un système promouvant l’innovation et la compétitivité. Je crois que c’est le bon moment de traiter de la question des paiements et d’apprendre sur ce qui se fait dans le monde, mais ils faut être très sensible au caractère unique du contexte canadien.

de la modernisation de systèmes de paiements?

Je crois que l’une des choses que nous avons apprises de l’expérience australienne est l’importance de réfléchir à la conception et à la technologie utilisée, mais que d’autres questions, comme le financement, la gestion de projet et la gouvernance ne sont pas nécessairement à prendre à la légère. Vous voulez vous assurer de réfléchir profondément à ces questions tout autant qu’à la solution technologique. Les institutions financières qui participent à des projets de modernisation ou qui les financent ont besoin de pouvoir suivre les progrès. Cela contribue à instaurer une confiance dans le travail exécuté. Ce n’est pas seulement une solution technologique ascendante. Il s’agit en fait de réfléchir au contexte, au marché et à la façon dont les paiements fonctionnent dans le monde réel. Cela offre des occasions d’être créatif et de concevoir de nouvelles façons de régler de vieux problèmes.

Quelle est l’importance du consensus et de la collaboration dans le cadre du développement d’un nouveau système de paiement?

Une chose que j’ai vite comprise dans le contexte australien est que tous pensaient qu’ils avaient une idée claire de ce qu’ils voulaient. Les grandes institutions financières, les petites institutions financières, la banque centrale et l’APCA pensaient toutes qu’elles voulaient quelque chose ayant un certain aspect. Et toutes ont dû faire des compromis. Toutes ont dû abandonner quelque chose ce qui, je crois, était nécessaire. Nous avons eu beaucoup de conversations, mais je crois que cela est au centre de l’objectif de ces initiatives, soit obtenir quelque chose que tous peuvent soutenir. Ce n’est pas nécessairement leur solution idéale, mais c’est quelque chose qui pourrait leur présenter des occasions auxquelles ils n’avaient pas pensé. Au bout du compte, en Australie, nous avons été en mesure d’en arriver à un résultat consensuel dont tous, je crois, sont heureux et fiers. Le fait que nous avons traversé un processus très difficile, pénible et douloureux constitue un aspect essentiel dans la conception d’une solution solide dont tous sont satisfaits.

Ces questions et réponses sont fondées sur les opinions personnelles de M. Pragnell et ne reflètent pas les opinions de l’APCA.