Plus d’avantages offerts aux utilisateurs finaux et plus de données fournies – Otto Benz de Lloyds Banking Group discute de l’approche du Royaume-Uni en matière de modernisation des paiements

Comme beaucoup de pays dans le monde, le Royaume-Uni procède actuellement à la modernisation de son infrastructure nationale de paiements. Au cours des trois à quatre prochaines années, le pays s’attend, entre autres, à remplacer deux de ses principaux systèmes de paiement. Pour en savoir plus sur les avantages de ces changements apportés, nous avons discuté avec le directeur des services techniques des paiements de Lloyds Banking Group, Otto Benz.

Comme le Canada, nous savons que le Royaume-Uni entreprend actuellement un ambitieux projet de modernisation des paiements comportant plusieurs changements importants. Pouvez-vous nous en dire plus sur les activités entreprises par le Royaume-Uni et nous donner des exemples d’avantages pour les utilisateurs finaux?

Au cours des quatre prochaines années, l’infrastructure des paiements du Royaume-Uni connaîtra une période importante de changements structurels. En 2017, quelques initiatives ont vu le jour, comme la mise en place de l’imagerie des chèques; on a aussi récemment annoncé la nouvelle architecture de paiements du Royaume-Uni, qui redéfinira notre approche de l’accès, de la concurrence et de la sécurité pour nos systèmes de détail et de faible valeur. En fait, toute l’infrastructure des paiements du Royaume-Uni sera mise à jour, ce qui créera d’énormes possibilités pour tous les genres d’utilisateurs finaux. En outre, en 2020, la Banque d’Angleterre a l’intention de lancer la fonctionnalité améliorée du système de règlement brut en temps réel.

Du côté des consommateurs, nous sommes d’avis que l’un des points marquants sera la mise en place de notre mécanisme de demande de paiement. Nous nous attendons à ce que ce mécanisme aide les utilisateurs finaux à contrôler leurs décaissements tout en offrant une meilleure solution que les mécanismes traditionnels de prélèvement automatique.

Une fonction appelée « confirmation du bénéficiaire » sera également instaurée. D’un point de vue plus général, il s’agit de s’assurer que la personne à qui on envoie un paiement est bel et bien la personne visée.

Lorsqu’on examine l’ampleur des changements, on remarque de nombreux avantages pour les entreprises et les gouvernements en raison de la circulation accrue des données et de l’utilisation de messages normalisés.

En ce qui concerne les données et les messages normalisés, ici au Canada, tous nos systèmes modernisés sont fondés sur la norme ISO 20022. L’industrie nous a dit haut et fort que les utilisateurs finaux ont beaucoup à gagner à ce que les données et l’argent circulent ensemble. Pouvez-vous nous en dire davantage sur le rôle que jouent les données et la norme ISO 20022 dans le cadre du projet du Royaume-Uni?

L’amélioration des données est un élément essentiel du projet du Royaume-Uni. L’adoption de la norme ISO 20022 assure des systèmes interopérables qui fournissent des ressources de calibre mondial à nos utilisateurs finaux. Nous avons aussi beaucoup collaboré avec nos principaux intervenants pour trouver des cas d’utilisation vraiment intéressants pour améliorer les données, en particulier pour les entreprises et les gouvernements. Si l’on tient compte de tous ces éléments ainsi que d’autres facteurs, notamment l’utilisation de la norme ISO 20022 dans le monde entier, y compris en Europe, les pressions réglementaires nationales en vue de l’adoption et les analyses de rentabilisation inhérentes à la fourniture de meilleures données, cela facilite certainement la prise de décision.

Vous jouissez, depuis plusieurs années, de la capacité de faire des paiements en temps réel. Même si nos plans pour l’adoption d’un nouveau rail de temps réel (RTR) et des critères d’accès sont très différents de ceux du Royaume-Uni, peut-être pourriez-vous réfléchir aux leçons tirées de l’initiative de paiements en temps réel mise en place au Royaume-Uni?

Le projet au Royaume-Uni était assez précoce, et l’adoption s’est faite graduellement au cours des 10 dernières années. Les paiements par lots représentent toujours un volume important, et la proportion de paiements en temps réel est encore très faible. Toutefois, nous sommes véritablement passés à autre chose, et si vous voulez effectuer un paiement à une personne ou à une entreprise, dans le secteur de la vente au détail, on s’attend à ce que ce paiement soit instantané.

Désormais, les gens au Royaume-Uni voient cela comme une plateforme pour l’innovation en commerce de détail, phénomène qui est attribué à l’adoption d’un système bancaire ouvert et d’une interface de programmation d’application (API). Tant qu’il n’y aura pas de moyen d’automatiser certains de ces mécanismes de paiement, du point de vue du commerce, il est très commode d’aller vite et d’obtenir un résultat immédiat, mais cela n’en fait pas une plateforme pour l’innovation. À mon avis, c’est seulement lorsqu’on automatise et numérise la transaction de paiement, et qu’on y ajoute une certaine valeur, qu’on a affaire à une véritable plateforme pour l’innovation.

L’adoption et l’innovation sont susceptibles de se produire beaucoup plus rapidement au Canada, où vous avez eu l’occasion d’apprendre auprès de certains des précurseurs du temps réel, et où les éléments d’un système de paiement en temps réel sont déjà en place.