Point saillant des sessions du Sommet : Les entreprises de technologie financière : plonger au cœur de l’écosystème de paiements du Canada

Le Canada foisonne d’entreprises en démarrage du secteur des technologies financières (FinTech) qui offrent aux consommateurs partout au Canada des solutions financières de rechange très attrayantes. Avec plus de 80 sociétés, le secteur a attiré près d’un milliard de dollars en investissements depuis 2010 et compte un nombre croissant d’entreprises FinTech qui s’associent avec des institutions financières de longue date pour lancer fructueusement des programmes à l’échelle du Canada. Le panel « Les FinTech : Analyser en profondeur l’écosystème des paiements du Canada » examinera en profondeur quatre domaines clés que les FinTech doivent prendre en considération pour lancer des activités ou prendre de l’expansion au Canada, notamment :

  • Comprendre les subtilités du contexte des paiements du Canada.
  • Apprendre à accélérer votre temps de mise en marché.
  • Choisir une technologie qui est souple à des fins d’innovation.
  • Cibler l’intégration mobile. 

Ce panel sera animé par Jennifer Tramontana, présidente et fondatrice de The Fletcher Group. Nous avons tenu une réunion avec Jennifer et lui avons parlé de son entreprise, de l’avenir des produits prépayés et du secteur des FinTech au Canada.

Comment le groupe Fletcher a-t-il vu le jour?

J’ai démarré le groupe Fletcher en 2005 avec l’idée audacieuse de créer une agence plus durable et rentable que tout autre modèle d’entreprise de relations publiques ou de marketing. Nous pénétrons profondément dans l’entreprise du client, et nous favorisons un milieu de travail qui encourage les aspirations autant personnelles que professionnelles. Cette recette fonctionne bien pour nous.

Comment êtes-vous entré dans l’espace du prépayé?

J’ai commencé dans le prépayé en 2005, aux États-Unis, par l’entremise de la Network Branded Prepaid Card Association. L’industrie démarrait à peine, et il fallait se débattre pour amener les médias et les consommateurs à s’intéresser à ce produit « dérivé ». J’ai rapidement compris la valeur du prépayé comme outil pour les consommateurs, les entreprises et les gouvernements, et je travaille maintenant avec de nombreuses associations et entreprises qui utilisent le prépayé pour promouvoir la fidélisation, accélérer les paiements et favoriser l’inclusion financière. Grâce à la persévérance des entreprises de l’espace et à leur sens aigu de l’innovation, le prépayé est devenu aujourd’hui l’outil de paiement le plus florissant en Amérique du Nord. Je suis enthousiaste d'avoir participé à la création de cette industrie et de contribuer encore à sa croissance.

Comment le paysage du prépayé a-t-il évolué au cours des cinq dernières années?

Au Canada, nous commençons à peine à tirer parti du potentiel qu’offre le prépayé. Au cours des cinq dernières années, le prépayé au Canada a connu une expansion pour passer des simples cartes cadeaux aux programmes de fidélisation et d’incitatifs, aux outils de paiement employés en entreprise en remplacement des chèques et aux outils d’indemnisation en cas de sinistre, et il sert maintenant d’outil général de paiement pour remplacer ou compléter un compte de banque. Comme marché 3.1B, le prépayé n’est pas un petit joueur, mais son potentiel est énorme. J’ai participé à la fondation de l’Organisation canadienne des fournisseurs de comptes prépayés en 2015, et cet organisme a permis à l’industrie de structurer son message et de promouvoir l’éducation. Je crois que nous allons connaître une très forte expansion à mesure que les consommateurs recourront au prépayé pour gérer leurs dépenses et que les entreprises découvriront la valeur de cet outil comme moyen de réduire les coûts et d’accroître l’efficacité des paiements. Je suis impatient de connaître le programme de notre symposium inaugural du prépayé, qui se tiendra le 23 mai prochain.

Décrivez l’espace des entreprises de technologie financière à l’heure actuelle au Canada, sous l’angle de leur potentiel de commercialisation. Comment le Canada se compare-t-il à d’autres pays?

La Canada jouit d’une réputation mondiale pour les qualités d’entrepreneur de sa communauté de technologie financière, qui se concentre principalement à Vancouver et à Toronto et se spécialise dans une certaine mesure dans la gestion de patrimoine, la transmission de fonds et les paiements. Cependant, il existe également des entreprises qui se démarquent, par exemple Shopify dans le domaine du commerce électronique et SecureKey dans celui de l’authentification. Même si le Canada possède une association d’entreprises de technologie financière et diverses entreprises d’incubation, comme la MaRS Discovery District, le pays pourrait profiter d’un renforcement de la communauté des investisseurs pour soutenir l’industrie et la rendre plus attrayante. Ce genre de réorganisation pourrait aider l’industrie en croissance à susciter davantage d’intérêt, à attirer davantage de talents et à positionner le Canada comme centre de réflexion pour la conception de solutions et de produits novateurs en matière de technologie financière.

Réussissez-vous à concilier travail et vie personnelle et si oui, comment faites-vous?

Le groupe Fletcher s’est bâti en s’appuyant sur la conciliation travail-vie personnelle, parce que nous croyons que c’est la voie de la durabilité à long terme tant pour notre équipe que pour nos clients. Vous êtes davantage en mesure d’apprendre et de fournir de bons conseils aux clients lorsque vous poursuivez vos passions et interagissez avec autrui. Je n’ai encore rencontré personne qui se sentait bien d’avoir sacrifié ses obligations et ses plaisirs familiaux. Nous devons organiser notre vie pour la remplir de notre mieux.

Quel a été le meilleur conseil qu’on vous ait donné? De qui venait-il?

Mon père m’a « encouragé » à entreprendre des études supérieures immédiatement après mes études de premier cycle. Pendant plusieurs années, j’ai pensé que c’était une perte de temps parce que j’avais moins à offrir comparativement à mes compagnons de classe, qui non seulement étaient plus âgés que moi, mais qui avaient déjà commencé à travailler longtemps auparavant. Maintenant, avec le recul, je constate que ce diplôme d’études supérieures m’a ouvert bien des portes dans ma vie professionnelle et m’a permis d’entrer sur le marché du travail avec quelques années en plus, mais avec d’autant plus de maturité. C’était le meilleur conseil.

Avec des communications en rafale, des séances en petits groupes, des possibilités de réseautage, une salle d’exposition, des démonstrations, des événements sociaux et la coupe FinTech, le Sommet est l’endroit par excellence pour tout ce qui bouge dans le domaine des paiements! Inscrivez-vous dès aujourd’hui à www.paiements.ca/lesommet.